24 juin 2010

La France des caïds


Depuis hier, l'équipe de France de football ne fait officiellement plus partie de la coupe du monde 2010. Ils ont été au-delà de mes prédictions les plus noires, à tel point que je me demande si nous ne venons pas d'assister en direct à la la fin de la cohésion sociale dans notre pays.  Retour en arrière.

Le 17 juin 2010, la France livre l'un de ses pires matchs en coupe du monde contre le Mexique. Aucune envie, aucune combativité, le néant sur le terrain. La France perd deux zéros et par, la même occasion, ses chances d'accéder aux huitièmes de finale. Seule une chose m'étonne, c'est l'abattement de Domenech à la fin du match qui, pour une fois, n'a pas de mots positifs pour qualifier la prestation de son équipe. En réalité, ce qui l'attriste autant ce n'est pas ça, sinon vu tous les matchs pourris il serait mort depuis longtemps, mais un évènement qui s'est déroulé à la mi-temps du match...

L'équipe lève le voile le 19 juin en affichant en une les mots  qui auraient été prononcés par Anelka à l'encontre de son entraîneur qui lui reprochait son placement : "Va te faire enculer sale fils de pute".

En lisant ça sur Internet (la version papier étant en rupture de stock dans tous les kiosques), j'ai pris une vraie claque. Pas tellement sur la véracité des propos, auxquels je suis habitué dans la bouche des joueurs de foot notamment ceux du PSG, mais plus sur l'attitude du garçon qui a passé sa mi-temps à marcher et à faire n'importe quoi. Ce dernier a tellement d'ego qu'il ne supporte même pas qu'on lui fasse remarquer qu'il a été nul. A l'inverse, la majorité des Français a été choqué par les insultes.  Pourtant ceux qui vivent en banlieue comme moi savent parfaitement que c'est le langage commun  et fleuri d'une majorité de d'jeuns.

L'article révèle également que Ribery et Anelka étaient hilares à la fin du match et qu'ils jouent aux caïds avec le beau gosse bien élevé du groupe Yoann Gourcuff. Enfin, il indique que William Gallas communique avec les journalistes à l'aide de son majeur.

Pressentant le coup de tonnerre dans l'opinion publique, la fédération décide d'exclure le joueur de l'équipe, suite à son refus de faire des excuses publiques, et de faire une conférence de presse dans l'après-midi.

Lors de celle-ci, Patrice Evra, en bon chef de meute, prend la défense de son pote Nico qui n'a pas, selon lui, exactement chuchoté ses mots. Chuchotement tellement peu audible qu'il confie avoir été obligé d'intervenir pour mettre fin à l'altercation entre le joueur et l'entraîneur... Désormais, il faut, selon Patrice Evra, trouver le traître qui a révélé cette information à l'Équipe. En synthèse, le dernier match de coupe du monde qui peut encore qualifier les bleus nous nous en foutons, notre gang veut "la balance " qui a parlé aux flics pardon aux journalistes et du même coup venger Nico...

Le lendemain matin, Franck Ribery s'invite sur le plateau de Telefoot pour demander, des sanglots dans la voix, pardon aux Français pour les mauvais matchs et la polémique née de l'affaire Anelka. Il ajoute, au passage, qu'un traître est parmi eux.

L'après-midi du même jour, Patrice Evra apprend au préparateur physique des bleus que l'équipe a décidé de ne pas s'entraîner en réaction à l'éviction de Nico.  A cette annonce, ce dernier entre dans une furie telle que Domenech est obligé de s'interposer pour éviter une bagarre. Cette scène filmée, dans laquelle Evra mains les poches défie avec arrogance le préparateur, fait penser à un reportage de zone interdite sur les centres éducatifs fermés.

Une fois cette décision révélée, Evra intime l'ordre à ses troupes de remonter dans le bus direction l'hôtel.
Jean-Pierre Escalettes et Raymond Domenech tentent alors, pendant 45 minutes, de raisonner sans succès les joueurs. Le nouvel obs nous apprend aujourd'hui que "le ton est vite monté entre certains joueurs emmenés par Hugo Lloris, Bacary Sagna et Yoann Gourcuff, qui ont voulu descendre et retourner à l'entraînement, et les cadres de l'équipe, Franck Ribéry, Eric Abidal et Patrice Evra, qui les en ont empêchés. Ces derniers ont même menacé physiquement les premiers et le tout a failli tourner à la bagarre générale". Au final, les caïds ont imposé leur loi et réussi, victoire suprême, à faire lire un communiqué à ce bouffon de Domenech. Il était plus que nécessaire de faire cette mutinerie pour venger la bavure dont a été victime Nico.

Mardi 22 juin : Afrique du Sud 2 - France 1. Rideau la France est éliminée.

Que retenir de tout ça ?

Une phrase prononcée par Alain
Finkielkraut : "l'esprit des cités pénètre la cité".

En effet, il faut arrêter l'angélisme et le politiquement correct, certains bleus ont appliqué en tous points  et en mondovision les codes des quartiers difficiles : intimidations, menaces, irrespect, etc. D'ailleurs, par moments, cela ressemble à une expérience d'enseignants en ZEP avec l'élève qui est sanctionné non pas pour avoir insulté mais pour avoir refusé de s'excuser...

Pire, il semble même que ce groupe soit divisé par couleur, ethnie et religion. L'ex-joueur Vikash Dhorasoo après avoir indiqué, dans le Monde d'aujourd'hui, "
je ne me reconnais pas quand il n'y a pas de mixité. Cette équipe représente la France des banlieues, la France des ghettos, des quartiers populaires qui sont devenus très durs", révèle que "l'équipe de France demande un buffet halal pour être reçue quelque part".

D'où les questions suivantes qui me viennent à l'esprit : Est-ce que l'équipe de France accepterait un buffet au Vatican ? dans une ambassade Israélienne ? Est-ce qu'un juif peut jouer en équipe de France ?

Ce miroir de la société Française est celui de la désunion. L'esprit black-blanc-beur, du vivre ensemble ,incarné par l'équipe de France 1998 vient véritablement de voler en éclat. Pourra-t-on recoller les morceaux ? 


 


   

 

 

Posté par nasvidenje à 04:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur La France des caïds

Nouveau commentaire